Version imprimable Une nouvelle, qu'est-ce que c'est ?

Cette définition date, mais elle n'a pas pris une ride

Note : 4/5 (603 notes)

On en parle, on en parle, mais qu'est-ce qu'une nouvelle ? Comment la reconnaître ?
Je remonte ce billet qui déchaine les passions et à l'air d'intéresser tout le monde.

La nouvelle est un récit court.
Parce que c'est une histoire, la nouvelle n'est pas un discours (où l'on expose ses idées) ou une fable, l'objet de la nouvelle n'est pas de nous instruire, de nous donner une leçon.
Ce n'est pas un conte, pas de "Il était une fois" qui nous envoie dans un monde enfantin. Une nouvelle est une histoire qui passe pour vraie. Même si c'est de la science-fiction ou du fantastique, on doit pouvoir y croire.

La nouvelle tourne autour d'un événement, avec peu de personnages. 
Parce qu'elle est concentrée, la nouvelle ne raconte pas en détail la vie d'un héros, d'une société sur une longue période (contrairement au roman).

La nouvelle a une fin.
Parce qu'elle cherche à surprendre, ce n'est pas l'épisode d'une aventure. Elle doit surprendre ou interroger le lecteur avant la fin. La fin d'un nouvelle peut être une chute ou laisser du mystère, mais elle clôt l'événement, le sujet. L'objectif est atteint.

603 notes :

  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  
  • Anonyme :  

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :

Partagez cet article !


Commentaires

Le truc qui tue

Cette definition,je trouve,était pourrie,voilà

 


Michel polnaref | Le Vendredi 07/01/2011 à 07:38 | [^] | Répondre

Re: Le truc qui tue

Bonjour Michel,
merci pour ta contribution.
Pourrais-tu nous donner ta définition, je suis près à modifier la mienne en fonction.

 


Jérémy Faurie | Le Samedi 08/01/2011 à 10:54 | [^] | Répondre

Re: Le truc qui tue

Je trouve ça dégeulasse de ta part Michel ....et comme cette définition est pourrie pourrais-tu nous donner une définition mieux que celle-là !! =) et puis la prochaine fois garde ce genre de commentaire pour toi ;-)
 
  #cette définition est parfaite en ce qui me concerne # 
                                                                                                     MERCI  *-*

 


jesS'ou | Le Dimanche 15/09/2013 à 00:35 | [^] | Répondre

Re: Le truc qui tue

Merci JesS'ou,
Je suis heureux de voir que cette définition de la nouvelle dépanne chaque année quelques élèves.
Maintenant, si un jour quelqu'un m'en donne une meilleure, je pense que j'écrirais un nouvel article pour que chacun puisse choisir celle qui lui correspond le mieux, celle qui lui semble la plus juste.
Pour le moment, je n'ai pas trouvé de définition très éloignée de celle-ci.

 


Jérémy Faurie | Le Mardi 17/09/2013 à 15:05 | [^] | Répondre

Merci Beaucoup !

 merci pour cette definition !!
un éléve de 4éme !

 


Enzo | Le Samedi 05/02/2011 à 09:38 | [^] | Répondre

merci c'est trés intéressant je suis une élève de troisiéme.

 


Anonyme | Le Dimanche 11/09/2011 à 13:38 | [^] | Répondre

merci pour la définition

 

 


ismael alaoui | Le Mardi 06/12/2011 à 12:35 | [^] | Répondre

Re: merci pour la définition

 je vous remercie pour cette définition de la nouvelle c'est trés intéressant

 


ismael alaoui | Le Mardi 06/12/2011 à 12:36 | [^] | Répondre

Re: le truc le plus nule ke je connai

 sa sert a rien et c pourri ton truc de merde


 


rÌÒfsφfifi | Le Mardi 27/12/2011 à 11:44 | [^] | Répondre

Re: le truc le plus nule ke je connai

Apprends à écrire, après tu pourras parler abruti.

 


Odeha | Le Lundi 02/01/2012 à 16:05 | [^] | Répondre

Re: le truc le plus nule ke je connai

Bonjour,
merci Odeha. Effectivement ce n'est pas très bien dit, mais je pense que ce qu'il a voulu dire c'est "Cette définition ne me convient pas".
J'espère qu'au moins cette définition t'auras servi un peu à toi.

 


Jérémy Faurie | Le Mercredi 04/01/2012 à 10:28 | [^] | Répondre

Re: merci pour la définition

Commence par savoir écrire le Français et tu vas peut-
être pouvoir reconnaitre une nouvelle .

 


joel | Le Mardi 17/12/2013 à 02:19 | [^] | Répondre

pourrit

cette définition est pourrie.
qu'un mot m'a servi.

 


Anonyme | Le Jeudi 15/12/2011 à 09:55 | [^] | Répondre

Re: pourrit

Bonjour,
merci pour ton message.
Quand je lis un message comme le tien, je me demande si cette définition a réellement permis à quelqu'un de réussir un devoir en classe un jour.
Pour toi, je suis désolé qu'un seul mot t'ait aidé.

 


Jérémy Faurie | Le Mercredi 04/01/2012 à 10:30 | [^] | Répondre

Bonjour !

Personellement, j'aime bien cette définition, (mais peut-être un peu restrictive pour une nouvelle longue, en dehors du cadre du concours). En revanche elle permet de bien structurer le texte autour de quelques principes-clés. J'ai tenté de l'appliquer lors de l'écriture de ma dernière nouvelle. Je voulais vous remercier grandement pour ces conseils !

 


Baptiste Fauché | Le Dimanche 05/02/2012 à 12:39 | [^] | Répondre

Re:

Bonjour Baptiste,
je ne crois pas qu'essayer de suivre une définition suffise à gagner un concours, mais si elle a pu t'aider à améliorer ton récit c'est très bien. Je pense que les conseils dans la rubrique Trucs de pro sont plus utiles pour perfectionner une histoire.
Félicitation, j'espère que beaucoup de lecteurs apprécieront ta nouvelle.

 


Jérémy Faurie | Le Lundi 06/02/2012 à 14:42 | [^] | Répondre

Lien croisé

EN LITTERATURE, QU'APPELLE-T-ON UNE NOUVELLE ? : " http://nouvelles.viabloga.com/news/une-nouvelle-qu-est-ce-que-c-est"

 


Anonyme | Le Samedi 04/05/2013 à 22:45 | [^] | Répondre

chouette

En effet, ça a été très instructif je suis désolé si ce n'est pas concret pour certains mais moi j'ai vraiment apprécié cette définition elle est super vraiment et je n'ai même pas eu à aller sur d'autres sites pour ma définition.

 


anonyme | Le Dimanche 27/10/2013 à 13:18 | [^] | Répondre

pas mal

bravo,malgré quelques fautes d'orthographes et un ou deux oublie de mots le texte est comphréensible magnifique et emouvant

merci pour ton (ou votre) aide !!!!!!!

 


cooper | Le Samedi 20/09/2014 à 11:07 | [^] | Répondre
Plateforme ViaBloga Modèle Glossy par N.Design Studio Adapté pour ViaBloga par Mitra avec l'aide d'Olivier
RSS - Articles RSS - Commentaires